Le programme de recherche "Avativut - ce qui nous environne"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le programme de recherche "Avativut - ce qui nous environne"

Message  Béatrice Collignon le Mar 9 Avr - 10:42

Ce programme constitue l'Opération 1 du projet de recherche sur 4 ans (2011-2014) du GDR 3062 Mutations polaires (sur le GDR en général, voir la fin de ce "post").

Au sein du GDR, 29 chercheurs travaillent dans les champs de l’anthropologie, de la géographie humaine, de l’histoire, de l’archéologie, et de la linguistique. Au-delà de la diversité des questions, des objets, des approches et des terrains, ils construisent leur unité dans l’inscription de leurs recherches dans une réflexion commune sur la notion d’environnement telle qu’elle est pensée par les différentes sociétés autochtones, arctiques et sub-arctiques, avec lesquelles ils travaillent.
Ceci se reflète dans le terme Avativut qui, en langue inuit, désigne tout à la fois ce qui environne directement la personne et ce qui entoure, et comprend, un groupe humain, à toutes les échelles. Des termes similaires existent dans les autres langues circumpolaires et témoignent du fait que les peuples arctiques ont en partage la conviction que l’environnement concerne tout ensemble les humains et les non-humains (animaux, « esprits », météores et végétaux) liés, quel que soit leur statut, par des obligations réciproques.

En ce début de XXIè siècle marqué par la crainte des effets négatifs induits par le réchauffement climatique, particulièrement net en milieux polaires, nos travaux sur le terrain montrent qu’à l’échelle locale comme régionale le changement climatique est appréhendé comme l’un des aspects d’une recomposition globale du monde, une pression supplémentaire exercée sur des milieux fragilisés tant du point de vue physique qu’humain.
Aussi le programme Avativut appréhende t-il de façon très large les modalités de reconfiguration et de reconstruction constamment à l’œuvre dans les sociétés autochtones arctiques et subarctiques. Loin d’être immuables elles se sont montrées, aussi loin que l’on puisse remonter dans le temps, particulièrement sensibles à toutes les formes d’interactions, tant internes – dans l’environnement direct – qu’externes notamment les rencontres anciennes et répétées avec les cultures européennes – et aux nouvelles dynamiques qu’elles impulsent. L’analyse de divers systèmes de représentations permettra d’apprécier la flexibilité des systèmes de connaissance de ces sociétés et la pertinence de leurs mécanismes d’ajustement.
Les pratiques de recherche déjà bien établies insistent sur : l'importance accordée à l’engagement des chercheurs sur le terrain, les approches pluridisciplinaires, le développement des réseaux internationaux et des partenariats entre chercheurs et acteurs locaux afin de combler le fossé existant entre savoir oral et savoir écrit, savoir vernaculaire et savoir scientifique.

Les recherches se développent autour de trois grands thèmes, dont sont étudiées les dimensions tant diachroniques que synchroniques :
  1. Mémoire, savoirs et savoir-faire
    (Chercheurs du GDR impliqués : Claire Alix, Véronique Antomarchi, Ariane Benoit, Guy Bordin, Florence Duchemin, Florence Dupré, Gwénaèle Guigon, Karen Hoffman, Marc-Antoine Mahieu, Aurélie Maire, Eric Navet, Céline Petit, Hatouma Sako, Marie Amélie Salabelle, Pierre Tavernier, Vladimir Randa).
  2. Relations dans l’espace
    (Chercheurs du GDR impliqués : Béatrice Collignon, Florence Dupré, Karen Hoffmann, Fabienne Joliet, Jean-Luc Lambert, Alexandra Lavrillier, Aurélie Maire, Emilie Maj, Eric Navet, Céline Petit, Vladimir Randa, Pierre Taverniers, Sylvie Teveny, Michèle Therrien, Virginie Vaté).
  3. Pouvoirs et fait religieux
    (Chercheurs du GDR impliqués : Carole Cancel, Caroline Hervé , Jean-Luc Lambert, Alexandra Lavrillier, Emilie Maj, Eric Navet, Céline Petit, Michèle Therrien, Virginie Vaté).


Pour des infos plus détaillées sur ce programme, contact Béatrice Collignon, Directrice-adjointe du GDR 3062 Mutations polaires.

A propos du GDR 3062 : Les recherches sur les régions arctiques et sub-arctiques ont été, dès le début des années 80, regroupées au sein de plusieurs structures fédératives successives. Aujourd’hui, c’est le GDR 3062 "Mutations polaires : sociétés et environnement" qui assure cette fonction http://thema.univ-fcomte.fr/gdr3062/
Créé le 1er janvier 2007, il relève des sections 39, 31 et 38 du CNRS. Le GDR « Mutations polaires » est aujourd’hui composé d’environ 60 chercheurs appartenant à l’InSHS, à l’INEE et à l’INSU. Son programme repose sur principalement deux opérations : les sciences sociales (programme « Avativut » : « ce qui nous environne ») et les sciences environnementales (effets actuels du changement climatique). Les thématiques abordées par les chercheurs du GDR « Mutations polaires » peuvent être regroupées au sein des quatre groupes thématiques du Forum de Prospective suivants : permafrost ; biodiversité, écosystèmes ; climat, atmosphère, glace, océan ; Sociétés arctiques et systèmes de connaissance.
En 2011, le GDR « Mutations polaires » a organisé, au siège du CNRS à Paris, la première « Conférence internationale Mondes polaires : Sciences environnementales et sciences sociales pour comprendre les changements observés ».
http://thema.univ-fcomte.fr/polarworlds-2011/index.html
La seconde conférence internationale Mondes polaires est programmée pour 2015.

Béatrice Collignon

Messages : 2
Date d'inscription : 08/04/2013
Age : 52
Localisation : U. Bordeaux-Montaigne / GDR 3062 Mutations polaires

Voir le profil de l'utilisateur http://www.parisgeo.cnrs.fr/spip.php?article84&lang=fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum