Devenir de la matière organique terrestre en zone côtière Arctique : rôle clef joué par les processus de dégradation abiotique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Devenir de la matière organique terrestre en zone côtière Arctique : rôle clef joué par les processus de dégradation abiotique

Message  rontani le Jeu 11 Avr - 12:51

Devenir de la matière organique terrestre en zone côtière Arctique: rôle clef joué par les processus de dégradation abiotiques

RONTANI, J-F., CHARRIERE B., SEMPERE R., VAULTIER F.

(MIO – UM 110)

Avant de pouvoir prédire comment le changement global pourra influencer les rejets et la préservation de la matière organique terrigène (MOT) en zone côtière Arctique, il est essentiel de déterminer quels sont les processus qui contrôlent la dégradation et la préservation de celle-ci en mer. La plupart des études qui ont été conduites jusqu’ici se sont focalisées sur la dégradation bactérienne en ignorant l’effet des processus abiotiques (photooxydation et autoxydation), ainsi que les interactions entre ces différents processus. Des travaux menés dans le cadre du programme MALINA ont montré que dans cette zone particulière les processus abiotiques jouaient un rôle très important dans la dégradation de la MOT et ne pouvaient être négligés.
A l’aide de ces traceurs lipidiques spécifiques, nous avons pu montrer en effet que la MOT en suspension rejetée par le Mackenzie (datée entre 5.000 et 10.000 ans) était très fortement photooxydée et subissait une dégradation bactérienne et autoxydative très intense dès son arrivée dans l’eau de mer alors que le matériel phytoplanctonique était peu dégradé. Ces résultats remettent en question le paradigme selon lequel la MOT est relativement bien préservée en mer. Nous avons attribué la forte biodégradation observée à l’intervention de ‘priming effect’ ou à des interactions favorables entre processus biotiques et abiotiques. Des incubations de particules du Mackenzie au laboratoire nous ont conduits à attribuer la très forte autoxydation de la MOT observée au clivage homolytique d’hydropéroxydes d’origine photochimique (présents dans les débris de végétaux terrestres) par certains ions métalliques relargués dans les eaux de mélange.
Dans le cadre du chantier Arctique, nous envisageons d’approfondir l’étude de la dégradation de la MOT rejetée par le Mackenzie en mer de Beaufort. Il est important de noter que ces études s’inscriront également dans le groupe thématique ‘Permafrost’. En effet, afin de bien appréhender le devenir de la MOT, il est nécessaire de suivre son état de dégradation de la terre à la mer. Nous porterons une attention particulière aux interactions entre les différents processus de dégradation biotiques et abiotiques, qui ne peuvent être considérés séparément plus longtemps.

rontani

Messages : 2
Date d'inscription : 11/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum