Comprendre le rôle du parasitisme dans la dynamique des populations d’hôtes en arctique dans un contexte de changement global : le lemming à collier comme modèle d’étude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comprendre le rôle du parasitisme dans la dynamique des populations d’hôtes en arctique dans un contexte de changement global : le lemming à collier comme modèle d’étude

Message  BOLLACHE le Lun 8 Avr - 11:01

La dynamique des populations de lemmings à collier (Dicrostonyx groenlandicus ) en arctique, en relation avec la dynamique des populations de leurs prédateurs naturels, est aujourd’hui une des mieux connue au monde (Gilg et al. 2003). Les travaux menés depuis plus de 20 ans au Groenland ont pu mettre en évidence le rôle respectif de chacune des quatre espèces de prédateur, l’hermine (Mustela erminea), le renard polaire (Alopex lagopus), le harfang des neiges (Nyctea scandiaca) et le Labbe à longue queue (Stercorarius longicaudus). Ils constituent à ce titre une base solide pour explorer plus en avant d’autres paramètres permettant d’expliquer notamment les écarts observés entre les modèles théoriques et les données de terrain.

Parmi les différents paramètres pertinents à appréhender, l’importance des parasites dans le contrôle du cycle des populations hôtes est un sujet encore largement débattu, principalement parce que les études de terrain validant les prédictions théoriques sont rares (Thomas et al. 2005). Les lemmings du genre Dicrotonys forment ainsi un groupe de rongeur particulièrement intéressant pour aborder cette thématique. En effet, ces rongeurs hébergent de nombreuses espèces de parasites, comme des cestodes (Wickstrom et al. 2003) ou des coccidies (Duszynski et al. 2007) pouvant fortement impacter la survie et la reproduction des individus infectés.

Nos recherches, débutées en 2011 avec l'aide de l'IPEV, visent notamment à poser les bases de ce travail et à analyser dans un premier le temps le rôle des parasites sur les paramètres démographiques des populations de lemmings et d’intégrer ces facteurs dans les modèles de dynamique des populations d’hôtes. Dans un second temps, il sera particulièrement important d’étudier les conséquences des changements globaux actuels dans la possible fluctuation des populations de pathogènes déjà existant sur les sites étudiés, d’analyser la potentielle propagation de nouveaux pathogènes, et leurs conséquences pour les populations de lemmings.

Duszynski DW., Lynch AJ. & Cook JA. 2007. Coccidia (Apicomplexa : Eimeriidae) infecting cricetid rodents from Alaska, USA, and northeastern Siberia, Russia, and description of a new Eimeria species from Myodes rutilus, the northern red-backed vole. Comparative Parasitology. 74: 294-311.
Gilg O., Hanski I. & Sittler B. 2003. Cyclic Dynamics in a Simple Vertebrate Predator-Prey Community. Science 302 : 866-868
Thomas F., Renaud F. & Guegan JF. 2005. Parasites and Ecosystems, Oxford University Press.
Wickstrom LM., Haukisalmi V., Varis S., Hantula J., Fedorov VB. & Henttonen H. 2003. Phylogeography of the circumpolar Paranoplocephala arctica species complex (Cestoda : Anoplocephalidae) parasitizing collared lemmings (Dicrostonyx spp.) Molecular Ecology. 12 : 3359-3371.


BOLLACHE

Messages : 2
Date d'inscription : 28/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum