Observatoire Marin Côtier Arctique - IUEM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Observatoire Marin Côtier Arctique - IUEM

Message  Christine David-Beausire le Lun 13 Mai - 18:10

Projet d’un Observatoire Marin Côtier Arctique (BB Polar)

IUEM – Institut Universitaire Européen de la Mer
Laurent Chauvaud, Jacques Clavier, Christine David-Beausire, Aurélie Jolivet, Yves-Marie Paulet, Joëlle Richard, Julien Thébaut

MNHN – Museum National d’Histoire Naturelle
Frédéric Oliver, Tarik Meziane

ISMER/UQUAR - Institut des Sciences de la Mer de Rimouski, Université du Québec à Rimouski
Réjean Tremblay

Bates College
William Ambrose

IMR - Institute of Marine Research
Oivind Strand, Tore Strohmeier



A haute latitude, la composition et le fonctionnement des écosystèmes marins sont notamment déterminés par les schémas spatiaux et temporels des cycles biogéochimiques évoluant avec les changements du climat. Cependant, la réponse des écosystèmes est difficile à évaluer du fait de la rareté des observations à long-terme. Une contribution à l’effort national de structuration de la recherche française en Arctique est en cours de développement à l’IUEM sous la forme d’un projet d’Observatoire Marin Côtier Arctique à l’échelle pan-arctique dans le cadre d’une collaboration internationale, avec une composante principale à Ny-Ǻlesund au Spitsberg

Ce projet innovant s’appuie sur l’utilisation d’invertébrés marins comme archives biologiques des variations environnementales en zone côtière arctique. Au cours d’un réchauffement, un décalage de l’importance relative des écosystèmes de glace de mer, pélagiques et benthiques est attendu au sein de cycle global des flux de carbone. Les communautés benthiques sont idéales pour étudier ces changements et les réponses environnementales des écosystèmes marins au forçage climatique. Les bivalves dominent la biomasse benthique et les proxies environnementaux incorporés dans leurs coquilles au cours de leur croissance donnent accès aux conditions environnementales passées, à des échelles allant de la décennie au siècle.
L’IUEM possède une expérience reconnue dans l’utilisation des pectinidés comme archives biologiques. Le projet qui démarre actuellement (première mission du 30 avril au 16 mai 2013) a pour but de développer une approche schlérochronologie-schlérochimie afin de décrypter le signal environnemental contenu dans les coquilles de deux espèces de bivalves donnant chacune accès à des échelles de temps différentes (quotidienne à annuelle pour Chlamys islandica ; saisonnière à décennale pour Astarte spp.). Dans le cadre d’une collaboration entre la France (IUEM, MNHN), le Canada (ISMER/UQUAR), les Etats-Unis (Bates College) et la Norvège (IMR), les mesures sont mises en place, dans un premier temps pour trois ans, au Canada, au Groënland et à Ny-Ǻlesund, avec un objectif d’implantation pérenne et de surveillance à long-terme sur ce dernier site.

Le projet est soutenu par la Fondation Total et par l’IPEV pour l’accès terrain sur la base AWIPEV à Ny-Alesund. A terme, cette proposition d’Observatoire Marin Côtier Arctique devrait s’inscrire dans le projet européen FP7-ESFRI SIOS (Svalbard Integrated Observing System) et dans le cadre de l’initiative SAON au niveau international.

Christine David-Beausire

Messages : 9
Date d'inscription : 07/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum